Ecriture & RPG & Vous

Libérez votre plume, vos chants et vos écrits, libérez votre âme. Une zone RPG est en place pour ceux qui désirent en faire.
 
AccueilGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Extrait 3 de mon roman

Aller en bas 
AuteurMessage
Maxlecreateur
Plume Débutante
Plume Débutante


Masculin
Nombre de messages : 56
Localisation : Dans le Var
Date d'inscription : 03/01/2008

MessageSujet: Extrait 3 de mon roman   Jeu 10 Jan - 21:01

Extrait trois de mon roman (dans un ordre aléatoire mais bon ^^ je prends le plus interressant ^^)

(Chapitre 2 fin du chapitre)


------------------------------------------------------------------

Stells attendait dans sa chambre, il se reposait assis sur son lit. Il regardait son armoire en bois foncé. Elle avait été faite par sa main durant son jeune âge pour sa grand-mère. Il en avait hérité à sa mort. Il y avait au par avant toujours de la place en plus des robes qu’elle portait, il y en a toujours en plus des vêtements qu’il porte. Assez pour caler un coffre de métal semblable en tout point à celui de Militor. Il avait laissé son passé derrière lui en arrivant la première fois dans ce village à ses quarante deux ans. Il venait de finir la guerre et était général impérial et grand maître de l’ordre des Dragoriens, héros de la guerre il fut accueillit par tout le village dans le tumulte d’une fête grandiose. Mais dût repartir une semaine plus tard. La deuxième fois qu’il vint ce fut pour ses quarante huit ans, quand Militor s’installa non loin de chez lui avec son épouse et sa fille. Stells lui venait d’avoir la garde du jeune Canore. Le père ce celui-ci venait de mourir « d’une maladie » disait-on, ou voulait-il que l’on dise. Il dut laisser l’enfant à Militor et repartir, l’Empereur l’avait prit comme sénateur au par avant pour qu’il représente les terres coloniales au sénat impérial. Et la troisième fois ce fut pour qu’il devienne conseiller personnel de l’Empereur.
Homme intelligent il avait plut à la famille impériale pour sa logique et sa sagesse. Il n’aurait jamais prévu qu’il deviendrait l’homme qui donnait les idées à l’Empereur, l’homme qui avait l’influence la plus complète envers lui, l’homme ayant le plus de pouvoir après l’Empereur. Jamais.
L’empire constitue un système complexe pour être géré. L’empereur possède le pouvoir en rapport avec la guerre, le pourvoir de dire ce qui doit être fait mais en aucun cas il ne pourra dire quoi que ce soit en rapport avec le peuple. Le pouvoir suprême au niveau de la justice, celui-là aussi il le possède. Et il possède aussi le droit de diriger secrètement et à la manière qu’il le désire les Dragorien. Le sénat lui ne s’occupe pas de la guerre mais de la répartition du pouvoir économique et des affaires intérieurs ne méritant pas l’attention de l’Empereur.
Stells releva la tête puis enfin le corps. Il lâcha la canne qu’il utilisait jusqu'à maintenant pour marcher. Avança lentement vers le coffre et l’ouvrit. Stells a toujours fait la guerre dans sa vie que ce soit contre des ennemis de l’Empire, que ce soit contre les assassins et les intrigues interne du réseau des Dragoriens, ou encore contre les autres sénateurs et partout il a réussi. Il sortit du coffre son armure à plaque soigneusement rangée. Il l’enfila en se rappelant toutes les heures, toutes les minutes, tous les jours et toutes les années de loyaux services. Il remémora la guerre et l’horreur que cela pouvait susciter mais aussi le bonheur de la victoire qu’un général éprouve encore que même l’attention que vous porte un soldat qui met sa vie entre vos mains, qui met sa confiance à l’épreuve en obéissant vos ordres et quand vous lui ou leurs dites que tout va bien aller que ce soir c’est votre tournée. Stells se remémorait tout cela avec peine et avec plaisir. Il prit au fond du coffre une lame cristalline avec un saphir au dessus de la poignée. Une Anvidoral l’arme des maîtres de guerres, la lame des plus grand dans le domaine de l’escrime et du combat. La lame donné aux maîtres d’armes, la lame donnée aux Eristis, ceux qui manient le fer comme ils respirent.
Stells sentit le lien se refaire entre la lame et son subconscient, comme si un passage était crée pour que la psyché soit plus fluide et donc mieux maniable. Il sortit de sa chambre, revêtu pour la guerre, armé pour les atrocités de celle-ci, prêt à commander. Arrivant dans la cour principale du village, la petite place que disait certains. Une centaine à vue d’œil de Dragorien l’attendait au garde à vous avec Zuckow au devant le buste droit l’épée dirigé vers le sol tenu à la manière d’une canne rigide mais précieuse par tous. Le voyant ils le saluèrent tous simultanément en frappant du poing leur poitrine et en criant « Pour le Dragon ! » Stells n’était pas encore habitué à cela malgré le fait que ce fût son métier durant la plus grande partie de sa vie. « Sous votre commandement Général et ex-maître de l’ordre des Dragoriens, l’élite Dragorienne, la réserve impériale. Envoyé par voie aérienne par le Sénat pour mission urgente selon eux ! » Zuckow et certains qui connaissaient Stells personnellement sourirent. Puis tous sauf leur commandant partirent se positionner en défensive autour du village ou encore dans le village pour se préparer pendant que les deux compères discuteraient de la stratégie à employer. « Alors Zuckow qu’avons-nous ? » Stells n’avait pas dit cela depuis bien dix ans, cela lui avait manqué péniblement, Militor le savait d’où les parties d’échecs, par contre il perdait toujours contre son ami, cela ne le gênait guère, pourtant ils se reconnaissaient comme égales pour autant. « Cinq cents Judicateurs Général ! » Zuckow baissa les yeux et réfléchit avant de parler. « Des élites, pas des Nécateurs heureusement, mais sous le commandement d’un nouveau Général selon les espions, un certains Juros, peut être est-il si nouveau qu’il n’a aucune chance… » Zuckow essaya de le décrire, mais cela ne servait à rien. Stells connaissait personnellement Juros. C’était un des Généraux sous le contrôle du conseiller suprême le plus ancien des Judicateurs. Ils avaient selon les écrits participés tout deux à la grande guerre du Dragon, la guerre la plus sanglante de tout les temps. Militor y avait aussi participé, mais cela remonte à plus de trois cents ans, Stells n’était pas encore naît.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxlecreateur
Plume Débutante
Plume Débutante


Masculin
Nombre de messages : 56
Localisation : Dans le Var
Date d'inscription : 03/01/2008

MessageSujet: Re: Extrait 3 de mon roman   Jeu 10 Jan - 21:02

Stells savait que le Nécateur Juros était un grand parmi les grands, un fin stratège entraîné pour les situations les plus complexes, moi aussi, on verra lequel de nous deux sera le plus fort ! Vingt Dragoriens furent rassemblés sur deux lignes de piquiers cachés derrière leurs lances utilisant la formation phalange pour créer un mur contres toutes charges. Stells a son habitude, se procura une petite place et prit aussi un bouclier grand comme un adulte et une lance longue de cinq mètres. « Soldats vous savez qui vous êtes !
_ Ouais !!!! » Crièrent tous en même temps avec rage et fugues. « Bon, les survivants ce sera ma tournée comme d’hab… d’accord ! Alors raison de plus de survivre… » Ils crièrent des « ouais » des « ouha » et bien d’autres cris, chacun avec une connotation précise, comme « ouais » pour la tournée et « ouha » pour « l’ennemi va prendre ».

Au loin du village, un homme vêtu de noir se tenait debout agrippant la bride de son destrier fortement. « Général, les hommes se sont disposés aux alentours du village, ils sont encerclés, tous prêt à votre signal Général ! » Le Judicateur d’élite repartis dans les rangs. Juros le regarda partir. L’âge se voyait sur son visage, tout comme l’expérience. Il avait gagné la plupart des guerres durant celle du Dragon, il était un héros pour les Judicateurs qui connaissent son existence. Pourquoi échouer maintenant contre un village fébrile avec une protection mineure. Parce que les soldats ne sont plus ce qu’ils étaient. J’ai connu une époque ou les murs était gravis par les élites et détruis d’un coup de main par les Nécateurs, j’ai connus une époque ou les Judicateur de mon rang se contaient par millier et aujourd’hui, je l’ai ai sur les doigts de la main, qu’elle honte. Pourtant, le nombre est notre avantage, ils possède la puissance et la discipline mais notre avantage et le nombre et peut être aussi le fait qu’on les encercle. Peut être est-ce un atout mais ce serait une défaite cuisante si dés la première charge, les rangs adverses ne bougeaient pas. Il serra son Anvidoral fortement comme si elle était sa dernière chance. Le cristal luisait d’une lueur rouge sang, pourpre obscure nocturne. Il leva le bras et l’assaut fut donné. Une volée de flèche partie, faisant comme un nuage s’élevant lentement puis enfin rapidement fondant vers les cibles visées. L’armée, si on peut appeler cela une armée, une compagnie à la limite mais pas une armée, partie au pas de charge en criant en direction de son adversaire.

Stells voyait la vague arriver tout comme les flèches descendaient. « Bouclier ! » gueula le chef de compagnie. Les Dragorien de la phalange levèrent leurs bouclier simultanément et les flèches ne se prirent dans rien d’autre qu’un mur solide et impénétrable. « En offensif Dragorien ! » Les Dragorien rétablirent leur position originale, mais cette fois-ci prêts à réagir face à la charge en contrant leur assaut. « Bon les gars c’est le moment pour ceux qui veules pisser dans leur froc après cela risque de les gêner en combats ! » Certains rigolèrent, Stells détendait l’atmosphère, il ne voulait pas qu’ils soient trop crispés et donc inefficaces, il fallait qu’ils puissent réfléchir, un Dragorien réfléchit toujours en combats ou hors combats. Les Judicateurs vinrent se fracasser les uns avec les autres contre les Dragorien et leurs immenses boucliers. Ils reculèrent un instant puis contre attaquèrent. Soit en enfonçant leur longue lance dans le corps d’un ingrat soit en lâchant sa lance et en prenant son épée longue pour le combat rapproché. Stells vit Juros ne pas intervenir, il cria puis les autres le suivant ils crièrent et repoussèrent la première vague des Judicateurs en un combat sanglant. Des dragons grillèrent les survivant essayant de fuir. « En avant, maintenant c’est à nous de charger ! » Les Dragoriens suivirent Stells en cirant, en courant en chargeant de manière discipliné en deux lignes solides et tel un mur, un bouclier invincible.

« Fou de toi héros Stells ! » Cracha Juros. Il leva son bras et d’un mouvement de main, d’autres Judicateurs chargèrent. Deux charges s’entre tuant est un massacre mais la victoire dans ce cas là est aussi incertaine pour l’un que pour l’autre. Une erreur stratégique de sa part peut être. Deux autres Nécateur plus jeunes et plus arrogants que lui étaient là à regarder le massacre avec une grimace désinvolte. Ils voulaient agir mais Juros les en empêchait. Il voulait qu’ils grandissent un peu et s’assagissent. Pourtant, les deux n’étant pas au centre du combat ne restèrent pas les bras croisés, ils agissaient en utilisant la psyché. La foudre tomba sur certains dragons et sur certains Dragoriens dans cette ligne qui formait un mur impassible face aux élites craignant déjà le corps à corps. Pour Juros, la défaite était envisageable avant même que le combat débute, ils étaient comparables à une armée de Nécateurs débutant face à une armée d’enfants, de gamins trop sûrs d’eux même.

Stells sentit que les Judicateurs allaient faiblir mais il avait aussi remarqué les deux Nécateur non loin du Général adverse. D’un signe de main et de bras quatre dragons partirent briser les rang Judicateur chargeant en fondant sur eux. De leurs griffes acérées ils brisèrent, broyèrent les corps passés cadavre au contact. Stells et son groupe arriva au contact « PYROSALVES ! » crièrent tous les Dragoriens avec leur général. La charge Judicateur fut totalement anéantie, ils furent projetés dans les airs par les sphères, les boules de feu créent par cette manipulation banale de la psyché de la part des enfants du Dragon. La plus grande partie des adversaires étaient en train de brûler ou encore de crier entre les serres des dragons. Stells continua la route droit sur le général adverse avec son groupe. Les autres Dragorien du village avait l’air de se débrouiller aussi bien qu’eux. Il sourit et hurla un cri de guerre. « Pour le Dragon ! Pour la survie ! Pour la victoire ! A mort ! » Tous ces cris se firent entendre à tour de rôle. Soudain, le groupe arriva devant les Nécateurs étonnés. Stells prit les devant voulant se montrer au général adverse. « Général Juros Nenctencus ! Vous devez abandonner sinon vous mourrez ! « Le Nécateur le regarda de son air presque étonné de ces mots. Il se retourna et vit les deux disciples morts de peur encerclés de Dragoriens vétérans. Il cracha sur le sol et remit son foulard autour de son visage ne laissant voir que ses yeux après avoir repositionner son capuchon. Vêtu d’une bure de combat noir comme l’ombre, il faisait penser à une ombre plutôt qu’à un homme. Il leva son Anvidoral mais n’attaqua pas, il faisait cela pour les dissuader d’avancer. Les deux autres Nécateurs étaient à genoux en train d’implorer leur vie. Stells risqua de s’avancer un peu mais le Nécateur Juros releva vivement sa lame au niveau de sa gorge ce qui l’en dissuada comme pour les Dragoriens. « Eh Général Stells vous craignez un Nécateur ?! » demanda un des Dragorien. Ce qui par un plissement de tissu sur le visage de Juros fut interprété comme un sourire mal saint pour Stells. « C’est un Judicateur de l’ancien âge, je ne sais pas si je peu le battre alors autant rester en vie…
_ Vous les mortels, vous êtes toujours les mêmes. » Souffla Juros à travers son voile. « Toujours à avancer avec peur et crainte de mourir.
_ Je ne suis pas comme vous Nécateur, je ne suis pas immortel, je tiens à ma vie, et pas à faire comme votre méthode, damner mon âme pour l’immortalité. » Répliqua Stells pour le déstabiliser, ce qui marcha, tout les regards ébahis de ses confrères avait susciter un mouvement de recul chez Juros. « Ce combat verbal va s’arrêter là, je le crains, je vous laisse les deux larves derrière moi et je m’en vais de ce pas.
_ Vous ne pouvez fuir… » Finit Stells avec un rire machiavélique. Mais Juros leva son bras gauche et une onde de choc les propulsa tous loin de lui à dix pas de là. Stells s’était relevé aussi vite que possible mais il ne vit qu’un nuage de fumée marquant le départ du Nécateur, il était déçu. Il s’est enfui, heureusement pour nous, il nous aurait détruit s’il l’avait voulu. Peu importe, nous sommes saint et sauf pour la plus grande partie, c’est une grande victoire. « Lieutenant Dragorien Zuckow ! » L’homme nommé sortit d’un groupe qui se rassemblait péniblement au centre du village sauvé. Il accouru pour s’arrêter devant son supérieur. « Oui mon Général !
_ Vous conduirez la moitié de cette compagnie au fort Dragtolian au sud après avoir reprit Olisé sur votre chemin, je veux éradiquer toute menaces Judicateur du paysage. L’autre moitié, suivez moi nous rentrons à la Capital.
_ A vos ordres Général, ce sera fait ! » L’homme appelé Zuckow partit avec son groupe en direction du Sud pendant que celui de Stells retourna au village pour se reposer, ils partirons demain à l’aube, il n’est pas bon de voyager en dragon le soir, pas pour eux, mais pour le fait que les hommes ont l’impressions de voler dans le vide plutôt que sur leurs montures alors il est préférable de partir dans la matinée.


fin XD (du chapitre 2 du moins)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alucard
S-Modérateur anti Lexique
S-Modérateur anti Lexique
avatar

Masculin
Nombre de messages : 103
Age : 27
Localisation : France ; var; hyéres
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Extrait 3 de mon roman   Jeu 10 Jan - 22:24

O_o ! pas mal ^^ je dirais même plus , excellent !!

_________________

Quelle nuit !... Une nuit qui me donne envie de boire et de mordre !...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Extrait 3 de mon roman   

Revenir en haut Aller en bas
 
Extrait 3 de mon roman
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Knut HAMSUN (Norvège)
» Les oeuvres dérivées de Jane Austen : coups de coeur et coups de griffe
» Extrait de mon roman policier pour les curieux
» Besoin d'aide pour trouver un extrait de roman sentimental
» Extrait d'un roman romantique :p

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ecriture & RPG & Vous :: Votre Plume :: Vos Textes-
Sauter vers: