Ecriture & RPG & Vous

Libérez votre plume, vos chants et vos écrits, libérez votre âme. Une zone RPG est en place pour ceux qui désirent en faire.
 
AccueilGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Solyma vs Asenheim

Aller en bas 
AuteurMessage
Lenina
Plume Célèbre
Plume Célèbre
avatar

Féminin
Nombre de messages : 174
Date d'inscription : 26/05/2007

MessageSujet: Solyma vs Asenheim   Sam 23 Fév - 0:34

La Grande assistante du Maître de l’Arène se tint devant les deux combattants du jour, Solyma et Maxlecreateur.

Avant de commencer, je vais vous énumérer les règles du combat:
Un tirage au sort sera effectué pour désigner le joueur qui postera en premier sa préparation au duel, puis viendra le tour du deuxième combattant Ensuite viendra le combat proprement dit.
Le joueur désigné devra alors raconter en RP le début de la bataille, jusqu'à un certain point, en notant bien qu'il faut qu'ils aient suffisamment de forces pour recommencer. En effet, quand le premier joueur a fini de poster, le deuxième joueur devra raconter la suite du déroulement du combat en prenant comme point de départ la fin du RP du premier joueur, jusqu'à un autre point important.
Ce processus se répètera une deuxième fois, et le deuxième joueur concluera la bataille par la défaite de l'un ou l'autre. Le combat ne se soldera jamais par la mort de l'un des deux protagonistes. Retenez bien ceci : si l'un des deux joueurs n'a toujours pas posté au bout d'une semaine après le post précédent, il sera déclaré forfait et la victoire reviendra à l'autre joueur.

L’Assistante du Maître de l’Arène marqua une pause, regarda attentivement les deux combattants, puis ajouta:

Vous connaissez les règles de ce tournoi, pas de magie d'aucune sorte, ni d'armes enchantées, et encore moins d'armes à feu ou a distance. Seules les armes de lancer telles que les couteaux ou haches de lancer sont autorisées, et seulement s'ils sont répertoriées sur votre fiche.Cependant suite à la demande de Solyma, maître de l’Arène, nous ferons une exception sur la magie qui sera tolérée a condition qu’elle soit modérée. Si un de vous l’emploie toutes les 30 secondes, il se verra disqualifié.

Je désignerai le combattant qui lancera l'assaut en premier, sauf si vous vous entendez entre vous pour savoir qui commencera, auquel cas le désigné m'avertira en privé. A la fin du combat, le jury délibèrera et je donnerai le nom du vainqueur. Le tirage au sort ne sera pas effectué pour l’instant car Maxlecreateur n’a toujours pas crée sa fiche.pour se présenter en premier, puis porter le premier coup. Prière de me contacter en aparté si vous désirer changer, AVANT de poster.

/!\ ATTENTION /!\

Tout joueur a un délai de une semaine à partir du précédent message pour poster. Si l'un des joueur ne respecte pas ce délai se verra disqualifié d'office. Une exception sera faite si et seulement si ce joueur aura prévenu les membres du jury, auquel cas un délai supplémentaire sera accordé. Mais cette mesure devra rester exceptionnelle, tout abus sera possible de sanctions. Maintenant, le match commencera dès que Maxlecreateur aura crée sa fiche

N.B : Aucun des autres membres de ce forum n'est autorisé à poster ormis les deux combattants.

EDIT : Après la fiche validé de Asenheim, le combat peut commencer. Le premier sera Solyma, les deux combattants s'étant arrangés entre eux.


Dernière édition par Solyma le Dim 24 Fév - 0:19, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solyma
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 302
Localisation : France
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Solyma vs Asenheim   Dim 24 Fév - 0:16

Mon existence fut mouvementé...
Ma vie fut longue et ma mort bien plus encore...
Et malgré cette obstination à ne pas disparaître, je me pose à présent pour la première fois les questions essentielles de la vie... Quels sont mes objectifs à présent, quel est mon but ?
Qui suis-je ?


Pourquoi avoir vu tant de morts en une seule vie ? Pourquoi avoir tué tant de monde ? Pour sauver la terre de l'influence des démons. Oui. Mais les innocents ? Les supposés complices du mal, les familles tirées de leur foyer pour être fusillées dans la lande ? Comment un être aussi ancien peut-il se comporter avec une telle barbarie ?
J'ai beaucoup servi l'humanité.
Mais j'ai trop fauté.
Il faut que je réponde de mes actes, ce soir même, que je disparaisse, que j'aille brûler en Enfer avec tous les démons que j'ai persécuté.
Ce soir je mourrais au combat, ou alors j'abattrais mon adversaire. Mais il n'y aura pas de grâce, pas de pardon, pas de pitié ni de compassion. Si celui-ci décide de m'épargner, je me donnerai à moi-même le coup final. La Mort est invitée à ce combat, et la Mort y viendra.


Si jamais quelqu'un a l'opportunité de lire cette lettre rédigée à la hâte, qu'il le garde sur lui, sache que je l'ai écrit de toute mon âme et de tout mon cœur, et ainsi me haïsse comme j'ai haï ce monde.
Qu'il me tue si je survis malgré tout, que me soit plantée dans le cœur celle qui en a transpercé tant d'autre. NaelGling.
Voilà que le grille se soulève. Il est temps de brandir le métal vers la lune.
A dieu, à Satan; à jamais.


Solyma reposa le parchemin sur la petite table et y plaça la plume en biais pour le maintenir stable face aux courants d'air.
La lourde grille de fer se soulève pour laisser le vent chaud accompagné de sable de l'Arène gifler le visage du magicien et de rabattre sa capuche en arrière. Il déposa son arc à côté de la grille, son usage étant prohibé.


Une râle à peine audible sortit de sa gorge, il posa la main sur son crucifix et le gava d’énergie corporelle ainsi que de chaleur.

Veni redemptor gentium,
Ostende partum virginis,
Miretur omne seculum,
Talis decet partus Deum.



Le public se tut.
Devant lui, plus loin était son adversaire. Il ne le connaissait pas, ne savait pas de quoi il était capable, ne savait pas si la mort qu'apportait le fil de son épée pourrait le frapper. Mais lui, avait toujours servi un maître face au puissant.
Quel paradoxe énorme s'échappait de tous ces ordres de service à un supérieur en tuant leur prochain.


Procedit a thalamo suo,
Pudoris aula regia,
Geminae gigas substantiae,
Alacris ut currat viam.



Le Faucheur Rouge chantait, la Justicar récitait.
Il était temps de tirer l'épée et d'avancer fièrement vers le salut, partir affronter son premier et dernier adversaire, son ennemi dans un unique combat. Solyme aurait à faire. L'épée du mage servirait jusqu'au bout son possesseur avant de se planter dans son coeur, marquant la fin non seulement d’un guerrier, mais aussi d'une époque de magie.
Dernier rescapé de pouvoirs, échouer n’a pas de place.


Non nobis Domine, non nobis... Sed nomini tua da Gloriam.

Que le duel commence.

_________________

Administrateur du forum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://plume-imaginaire.niceboards.net
Maxlecreateur
Plume Débutante
Plume Débutante


Masculin
Nombre de messages : 56
Localisation : Dans le Var
Date d'inscription : 03/01/2008

MessageSujet: Re: Solyma vs Asenheim   Dim 24 Fév - 1:25

<



Asenheim réfléchissait. Il lui restait encore un peu de temps, l’espace d’un instant, assez pour se ressourcer. Il se baissa puis s’accroupit. Il aimait réfléchir près du sol. Le vent sifflait entre les barreaux de la grille de l’arène, il en était conscient, mais loin du réel, son esprit voletait tel un oiseau dans les nuages de l’infini profondeur de son âme noir. Il sondait son être, malgré la lenteur de l’opération, une temporalité différente en été la cause, peu de temps dans le monde physique ne s’était écoulé. Se remémorant les crimes, les abjurations qu’il avait commit pour faire monter l’adrénaline, il essayait de trouver l’équilibre parfait, celui qui permettait de se concentrer pour une précision parfaite mais aussi celui dont la rage est une partie réelle du combat.




Le temps de tuer est venu, prends ton arme, lève là face à ton adversaire, égorge-le tel un enfant sans défense, comme tu l’as si souvent fait ! Fait lui perdre son sang à la manière que tu viderais une bouteille d’un vin misérable, mauvais, impur !
Fais le souffrir, fais le hurler ! Hurles avec lui, pour connaître sa souffrance et en jouir !




Il replaça son long bliaud lourd, cachant par la même occasion son buste recouvert de fer mais qui ne trompait personne sur ses blessures physiques innombrables. Il avançait lentement, il en été conscient.




Trop de blessure… … il faut qu’il souffre à ma place !





La grille se souleva, il avança. Son épée se balançait dans son dos tel un pendule qui ne s’arrêterait que lorsqu’il serait mort, il avait toujours considéré son arme comme tel, mais se reconnaissant immortel, il souriait à chaque victime qui venait occuper une place nouvelle sur sa longue liste.




Pourquoi tant de souffrance mon maître? Je ne comprends pas ! Pourquoi tuer l’homme qui est trop faible pour se défendre.




Il ne faisait point attention à son adversaire lorsque soudain il croisa son regard froid et indéchiffrable.




Qui est-t-il ? Ils l’ont appelé Mage, qu’est-ce qu’un Mage ? De toute façon je l’écraserais… …. Pourquoi ce regard déterminé ? Le connaîtrais-je ?




Asenheim abaissa son capuchon, son visage à la lumière du soleil si haut dans le ciel soit-il souffrit de la luminosité. Il recula d’un pas et replaça son voile de tissus protecteur, il avait encore oublié son adversaire. Il observait autour de lui…




Alors c’est finit, tout doit se jouer ici même, tout doit donc s’achever.
Ainsi, mon maître avait raison, tout commence dans le sang et s’achève dans le sang. Ce sera lui ou moi, pas d’injustice…. …. Si ! Il y a injustice, je ne veux plus tuer ! Je veux vivre, je veux….. ….. Servir mon maître, je dois servir mon maître, je dois ….. ….. Le tuer ! Je vais le tuer, que ma lame t’emporte et que ton sang me permette d’étouffer tes poumons, d’engloutir ta vie dans les abysses de la mort. Dans l’ombre de l’univers, celle de la souffrance !




Asenheim, se souvenant avec peine de la réalité, triant avec difficulté ses pensées, il se souvint de la stratégie, de l’art du combat, de la conscience corporelle, de la psyché. Il prit conscience de ce qui l’entourait, il prit aussi conscience de son adversaire et dégaina soudain sans qu’une indication quelconque sur le fait de pourvoir commencer fut donné, mais il ne chargea pas comme les voix dans sa tête le lui criaient, il pointa le bout de sa lame vers le sol, le dos plat, droit, les muscles bandée et sa deuxième main, le poing fermement serré dans son dos, il saluait son adversaire avec le respect d’un être égal à égal. Il savait qu’il avait affaire à une sorte de contraire, de personnage strictement inverse de lui-même. Il attendit le retour de son salue respectueux. Cependant sa main dans son dos comportait dorénavant, un indexe et un pouce formant un cercle parfait, le signe d’une reconnaissance de son corps et par conséquent le fait que le combat pouvait commencer et qu’il était prêt à toutes attaques.
Son visage était impassible, il n’avait pas peur mais était loin d’être pressé, prendre son temps dans des actions délicates était un principe.




Souris, cela atteindra et énervera ton adversaire. Par conséquent le déstabilisera et rappel toi bien la stratégie que nous t’avons apprise. « C’est en jouant plusieurs fois avec la même personne que l’on perce les défauts en voyant la similitude de ses actions. Comme aux échecs, les trois premiers coups sont généralement les mêmes.





Au lieu de sourire, sa bouche se fendit dans un rictus incompréhensible – il n’était pas fait pour sourire il en était dorénavant certain – il bavait bien au contraire, sa corps était de nouveau lointain, il ne pouvait que le bouger tel un pantin, il le devait pour tuer son adversaire ou du moins l’immobiliser





Immobiliser ? Deviendrais-tu faible ?




Il attendait donc le retour du salut de son adversaire, lui donnant le temps de l’analyser.




Petit, je pourrais le briser en l’enserrant de mes bras de titan ! J’ai déjà tué de la sorte ! Je peux recommencer.
Je dois le détruire… …. Ne plus tuer, je ne dois pas tuer.
Que la mort emporte le Créateur même !




L’analyse s’acheva, il était aussi impassible qu’un rocher, mais était prêt.
Le vent sifflait, le silence aurait put être attribué à un mort, seul le mouvement des bottes sur le sables, le fait que les deux adversaires se rapprochaient, la respirations des deux personnages, des spectateurs, cela formait un tout, un tout silencieux. Et ce silence était presque annonciateur pour lui, il énoncé un renouveau, un commencement – oui s’était bien un commencement – le début d’un combat sanglant et qui s’avérera sûrement long et rude, Asenheim arriva et devant cette idée, tout compte fait, il arriva à sourire engendrant une crevasse ensanglanté sur sa lèvre inférieur.



>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solyma
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 302
Localisation : France
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Solyma vs Asenheim   Dim 24 Fév - 18:20

Solyma sourit. Un courant d’air chaud inondait son être, l’enlacent telle une dernière douceur comme une friandise. Le temps se couvre à présent.

Une dernière pensée vagabonde, bientôt le temps ne sera plus au rêve. Humer cette chaleur ambiante, regarder le bleu ciel s’affaisser de cette masse grise. Plus jamais.
Solyma prit son épée, la sortant du fourreau, la lame noire n’avait pas de reflets, comme à son habitude, fine et aiguisé pour un soir, ce soir. Il sourit à nouveau, le réconfort d’une solitude trompé. Il existait deux être cher en lui même, le premier était sa personne, le second sa lame, Zuragh'Nar. Il observa son adversaire, un colosse. Il ne connaissait même pas son nom. Aucune importance après tout. Décrochant sa cape grisé, un nuage étincelant du sable s’envola au contact de son vêtement et du sol, découvrant son ensemble de cuir qui constituait son unique protection.


Nar Vodom Bet
Estom As Daemon
Clar Ner Satona Es
Belios Nar Ethan


La magie influait en son cœur, il le sentait. Un dernier regard au bleu ciel, puis il se tourna vers son adversaire. Celui ci abaissait sa gène en signe de respect. Respect ? Quel respect peut on tirer de gens que l’on n’a jamais pu voir. Sans ressources, sans rien. Rien que du néant. Solyma sourit davantage, il était temps pour lui. Il vérifia que ses trois poignards étaient bien en place, le premier accompagnant son avant bras gauche, les deux autres au niveau de ses cuisses. Il prit alors sa dague dans sa botte droite pour la planter au centre de l’arène, ‘gênante’ se dit il.

Son adversaire ne bougeait pas, il gardait son arme baissé, attendant un retour. Le mage fit jaillir une boule de feu blanche de sa main, le temps était à l’intimidation. Soudain, en plein dans son rôle de Mage qui se veut terrifiant, le Gong de début de combat se fit entendre.

Solyma en perdit son sort des doigts, tout se précipitait dans sa tête, il ne s’était préparé a rien. Il brandit alors son épée avec son unique main droite, puis l’emmena en arc de cercle pour rejoindre la prise de sa seconde main, harmonieux. Il était paré. Le géant en face de lui releva la tête, comme brusqué qu’il ne répondait toujours point. Il se mit également en position de combat. Les cris commencèrent à prendre de l’importance en l’esprit torturé du pauvre homme. Il se plongea ainsi dans une profonde méditation pour le seul but de se calmer, il fermis les yeux.

Une spirale noire et rouge, c’était tout ce qu’il voyait. Un bruit de fond incessant, c’était tout ce qu’il entendait. L’arène de forme ronde renvoyait ses couleurs morbides tandis que le sang séché d’anciens guerriers se reflétait dans le soleil à peine présent. Les spectateurs, hurlant encore, hurlant toujours.


Nar Etwas Comes nod


Il n’entendit plus rien. Tout s’était tu. Plus de couleurs, plus rien hormis sa conscience. Soudain il aperçu. Son esprit laissé seul se mit a fonctionner plus qu’a l’ordinaire. Il réalisa soudainement qu’une douleur atroce avait pris naissance au niveau de son épaule. Il ne comprenait pas. Sa conscience lui dit de se remettre à penser, le premier coup avait été donné.

Nar Etwas Comes Eta !


Son esprit revenait à une vitesse fulgurante. L’opressement se fit plus fort, tout revenait, il put alors ouvrir les yeux. Le premier sentiment fut de la stupéfaction, son adversaire se trouvait à quelques centimètres seulement de son visage, le second fut la douleur. Un rapide examen lui informa qu’une épée dentelé était encore fiché dans son épaule gauche. Quel imbécile il était…

Aucun organe vitaux n’avait pourtant été atteint. Mais il ne pouvait bouger. Son crucifix devint orange tandis que la source l’abreuvait en énergie alors que le bijou en fut gavé seulement quelques minutes auparavant. Il se jeta alors en arrière, récupérant bout à bout sa conscience et sa peur. Une fois les deux entremêlés, il put a nouveau sourire. Le géant restait dans sa position, les genoux fléchit, ses deux mains sur le pommeau, son arme à l’horizontale, pas une vibration. La foule hurla de plus belle. Solyma fit craquer ses vertèbres, il ne bougeait toujours pas. Le sang ruissela de son épaule, il avait mal.


- Il est temps ne crois tu pas ?


Il se souvint alors de son nom, si tardivement … Asenheim.

- Nar comer Asenheim, nous pouvons commencer !


Malgré sa blessure, il fléchit également les genoux pour se propulser en avant tout en sautant le plus haut qu’il put. A peine les pieds au dessus du sol, il leva son arme alors que la douleur dans son épaule l’élançait, rabattant Zuragh’Nar au dessus de sa tête, il détendit brusquement un seul de ses bras, une lumière noire fila a grande vitesse tandis que ses pieds refoulèrent le sol, à moitié courbé au niveau des genoux de Asenheim, le sang perla à nouveau. L’armure éventré, on aurait dit une salade de fraise broyé, jaillissant par une pression considérable…

Il est lent pensa Solyma, même pas de parade … Soudain alors qu’il était encore au sol, le géant rabattit son arme sur lui en formant avec ses bras un triangle dont l’extrémité n’était autre que son crâne. Il esquiva le coup se propulsant encore une fois en arrière, l’autre guerrier prit une position de défense. Cependant, à peine remit sur pied, l’humain prit le poignard sur son bras gauche et tout en la prenant, il la lança sans viser en direction de son adversaire. Une nouvelle douleur se fit ressentir, son bras droit se mit à peser, tandis que le sang jaillissait d’entre ses tendons, la liaison entre le bras et l’avant bras était sur le point de se rompre. Réflexe humain de protéger son visage par ses bras, le coup n’était pas aussi bien esquivé qu’il le pensait.

Solyma vit alors Asenheim courir vers lui à une vitesse fulgurante, il lui assena un coup avec le plat de l'épée qui lui fit perdre l'équilibre et tomber au sol, deux mètres plus loin de la zone de combat. Le Mage manquât de perdre connaissance mais tint bon. Ses esprits lui revenaient en même temps qu'il sentait la douleur de sa blessure monter en lui. Le sable de l'arène se mêlait à son sang et pénétrait sa plaie, rendant la souffrance encore plus atroce. Mais il avait connu pire. Ce soir, il comptait mourir dans le combat le plus rude qui ait pu se dérouler au cours de sa longue vie, mener la douleur à son apothéose et payer ainsi sa dette envers ses nombreuses victimes. Ce soir serait le soir. Le combat ultime.
Zuragh’Nar !


Déjà le Titan vacillant de droite à gauche et ne marchant pas bien droit s'avançait vers lui, la poignard était enfoncé dans sa cuisse. Il brandissait son épée, prêt à donner le coup de grâce. Mais Solyma n'entendait pas mourir aussi rapidement et sommairement. D'un coup de talon il fit trébucher le Titan qui lourdement s'écrasa au sol, sur le dos, soulevant un nuage de poussière autour de lui. Pourrait-il se relever avec sa lourde armure et ses litres de sang en moins ? Une flaque écarlate se formait autour de son corps étendu, qui, dans un effort sur-humain, parvint à se mettre sur le ventre et planter Zuragh’Nar dans le sol pour se traîner jusqu'au corps de Asenheim. Mais le géant n'avait pas dit lui non plus son dernier mot. D'un coup de poing ganté de fer sur le visage du mage, il l'écarta, puis tenta de se remettre sur pieds. L'entreprise était ardue car il fallait éviter de glisser dans l'énorme flaque de sang qui s'était formée autour des deux combattants gisants au sol.

Solyma, quant à lui, était complètement assommée par le coup de poing. Étendue sur le dos, les bras écartés, il avait lâché son épée, incapable de la tenir. Mais le sang qui se trouvait au sol coula dans sa bouche alors qu'il avait penché la tête sur le côté. Cette vie sous forme liquide lui fit reprendre connaissances et l'homme ensanglantée ouvrit les yeux, lentement. Le titan était déjà debout, moins entamé par ses blessures superficielles, et s'était éloigné de la surface humide et rouge de l'arène.

Le plus rapidement qu'il le put, c'est à dire assez lentement, Solyma se remit sur ses jambes et tituba jusqu'à son épée. Cette fois, il ne la lâcherait plus, la saisissant de la main gauche, son ambidextre était parfaite. En se tournant vers son adversaire et ennemi, un petit sourire vengeur, de celui qui n'a plus rien à perdre se dessina sur son visage ravagé.


- Approche Titan !


La pluie se mit alors à tomber, mélangeant le sable au sang, l’auditoire se tut.

_________________

Administrateur du forum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://plume-imaginaire.niceboards.net
Maxlecreateur
Plume Débutante
Plume Débutante


Masculin
Nombre de messages : 56
Localisation : Dans le Var
Date d'inscription : 03/01/2008

MessageSujet: Re: Solyma vs Asenheim   Dim 24 Fév - 23:20

Souffrance…. …. Pourquoi souffrir ? Il m’a touché….. ….. Mais je l’ai touché aussi !
Extermination…… …… j’ai vu pire ! Met toi bien cela dans le crâne bâtard analphabète ! Faible, sang impur, sac à viande putride !





Asenheim sentait son sang couler, tout comme l’eau des cieux qui ruisselait sur son visage, il perdait trop de sang….




Souffrance…. ….. Pourquoi devrais-je souffrir ? Pourquoi devrait-il souffrir, il est si jeune, il….. ….. doit mourir ! Je vais te tuer !





Il sentait les regards posés sur lui, n’était-il rien d’autre qu’une distraction ? Oui se disait-il, les Grands s’étaient joués de lui, alors pourquoi pas les mortels, même si lui-même était immortel. Son adversaire avait l’air de se remettre de sa souffrance…




Plus de souffrance ! Toujours plus ! Jusqu'à la mort, tu crèveras dans ton sang à la manière que tu es né ! A mort !
Non ! Plus de souffrance ! Plus aucune souffrance ! Je dois tout arrêter…. ….. Tuer ! Je dois tuer….. …..non je dois…..





Asenheim perdit le contrôle, son genou droit tomba sur le sol. Le choc sur le sol fut tel qu’il se produisit un son strident qui fit serrer la mâchoire de plusieurs bougres assez proches pour l’entendre. Mais il n’était pas cassé. Il lâcha son arme. Il ne pouvait plus la tenir, il ne le voulait plus. Tuer devenait comme interdit. Pourtant, la seconde suivante le fait d’avoir lâché son arme il se releva déterminé à détruire son adversaire.
La pluie alourdissait ses mouvements, il aimait la pluie et se retrouva ici à en profiter, il leva sa tête ensanglanté pour observer le ciel assombris par l’heure tardive. Il oubliait encore son adversaire.
Souda in, le deuxième combattant attira son attention, de la lumière troubla sa vue sur les cieux infinis, il reposa son lourd regard épuisé sur son ennemi. Il avait comme une sphère dans les mains, une sphère lumineuse, il ne voyait pas les tissages pour compacter le feu en une boule, mais il en sentait la puissance.





- Je ne peux rien contre les Elémentaristes, je suis Eristis, homme qui utilise la concentration requiert pour la psyché (magie ^^) au combat du corps à corps, une discipline comme une autre…




Il se retrouvait presque à sourire, mais le feu psychique lui arrivant en plein visage lui remit les idées en place, il était de nouveau prêt à combattre comme durant les longues guerres qu’il avait accomplies.
Il avait la peau craquelée, de la souffrance plus intense se fit ressentir. Son adversaire accouru arme en main à lui, désirant plus que tout lui asséner le dernier coup, le coup de grâce. Asenheim n’était pas de cet avis, il prit la dague dans sa manche et para la lame si ardemment aiguisée. Le grincement entre les deux aciers différents fut aussi strident.




- Oméga 3 !




Asenheim recula emmenant son adversaire avec lui, lui prit le poignet d’un mouvement calculé tel celui d’une danse complexe mais connue depuis longtemps. Il abaissa le poignet de son ennemi le plus bas possible, un coup de genou envoyé, il lui explosa le coude. Les os désormais voyageaient dans la chair de son adversaire. Profitant de la surprise de celui-ci, il se releva d’un trait, fit une tour sur lui-même pour se retrouver dans le dos de sa victime. D’un coup de pieds, il le fit fléchir, un coup de coude lui permit de frapper la nuque. L’autre plus que ébranlé lâcha son arme. Asenheim reprit sa dague et l’approcha du haut du crâne de sa cible. Au moment de frapper, son ennemi se réveilla de sa période infime de stase pour lui attraper l’avant bras et d’une manipulation musculaire difficile, le faire basculer dans une roulade au dessus de sa tête.
Asenheim sur le ventre dut rouler sur le coté droit pour éviter un coup de pied qui fit voleter la poussière en le ratant de peu. Il se releva en forçant sur ses bras musclés.





- Ton nom ? Tu n’es sûrement pas un seigneur pour te battre de cette manière.




Rien. Il ne dit rien. Asenheim lui fit face. L’autre voulu lui asséné un coup de poing, croyant stupidement à un résultat correct, mais il lui attrapa le poing, et accompagna sa course. Il créa le vide en ne présentant aucune cible, il s’était mit sur le coté, comme tout à l’heure d’un mouvement calculé. Soudain, un pression sur le bout du bras, le vide grandit emportant dans son élan son ennemi, il profita alors de cette situation pour lui envoyer son genoux en plein visage. Le nez fut brisé, le sang, encore du sang coula sur le sol. Son adversaire sortit une dague de sa botte et en se relevant l’enfonça dans la cage thoracique d’Asenheim.
L’ancienne victime devenue maître de la situation crut que le combat été finit, il le crut qu’un instant, Asenheim sourit, retira la dague sous ses yeux, sadique de lui briser ses rêves et lui envoya la un coup de poing de la taille d’une pierre. Envoyant son adversaire loin de lui.
Il ramassa son épée et envoya celle de son adversaire à ses pieds, le combat pouvait continuer. Levant sa garde à la manière des Templiers de l’Apocalypse qu’il avait si souvent vaincu, il attendit, puis,





- Oméga 5 !




Il sauta haut pour asséner à son adversaire un coup en toute puissance. L’autre ne chercha pas à parer, il esquiva en produisant un bon en arrière. Asenheim, l’épée vers le sol fit un tour avec celle-ci pour la remonter et frapper de nouveau. Il frappait sans cesse et coup après coup son adversaire parait. Il envoya un coup de pieds qui fit reculer celui-ci. Puis, il fit un deuxième bon mais cette fois-ci exécutant un parfait salto avant au dessus de son ennemi. Il arriva derrière la cible, il prit sa garde à l’envers et frappa. La lame perça la colonne vertébrale mais ne sectionna point les nerfs. Il les avait ratés.
Il lâcha la garde pour prendre le cou de son adversaire entre ses bras puissants, sa cible sous le choc ne bougeait qu’un peu mais ne présentait aucune résistance.




Je vais pouvoir le briser, le broyer le… ….non je ne le tuerais pas, je …. …. Le détruirais le….. …… laisserais vivre je….





Asenheim perdu dans ses réflexions ne vit pas arrivé le coup de poing qui bien placé lui fit remonté l’os du nez dans le haut du crâne, étourdi, il recula loin d’être sûr de ses mouvements. Il lui fallait du repos. Il leur fallait du repos à tout les deux, mais ils n’étaient pas maîtres de la situation. Les spectateurs suivant toujours la scène hurlèrent de joie devant cet acte qui avait contre-balancé le combat.
Tout n’était peut être pas finit.
Asenheim reprit en main son arme, attendant la suite des évènements, laissant son adversaire se remettre en position. Ils étaient tous les deux essoufflés, épuisés et sur tout, blessés gravement.


Souffrance…… ….. C’est bientôt finit. Bientôt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solyma
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 302
Localisation : France
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Solyma vs Asenheim   Lun 25 Fév - 22:23

En quelques assauts, il semblait au Mage maudit avoir perdu plus de force qu'en douze ans de combats. Le regard hagard, les yeux voilés régulièrement par des battements de paupières hésitants, il regardait son ombre disparaître sur le sol de l'arène sans fin. C'était peut être la fin de l'Eternité ce soir, le repos qu'il recherchait se dessinait devant lui, pas pour son corps, mais pour son âme enchaînée. Prise au piège entre le serment éternel de chevalier de l'Ordre, le refus de commettre le péché du suicide, et l'ignoble fardeau de la vie éternel comme enfant d'un Dieu qu'il ne vénérait pas.

La délivrance se tenait la devant lui, une épée bâtarde en main, regard détermine et hargneux, la rage au lèvres et sa force aussi puissante que celle d'un géant de plusieurs mètres.


- pourquoi pas … lança le Mage avec dédain.

Il chargea de toutes les forces qui coulaient encore dans ses veines, sa lourde épée arrachée du sol dans un grognement bestial et douloureux. En pleine course, les yeux rives dans ceux du Titan, il fit siffler sa lame droit vers la gorge de sa proie. L'acier résonna contre le métal dans un tintement horrible, clair et sec. Le géant avait paré, à deux mains, Zurahg’Nar tenue aux deux extrémités. Les deux combattants restèrent figés un instant les yeux dans les yeux, la haine partagée sans un mot, comme fixant leurs ego dans un miroir.

La pointe de la lourde lame tomba soudain au sol, avant que le mage ne lui imprime une seconde impulsion pour la lancer droit vers la hanche d’Asenheim. Pour la seconde fois à présent, son ennemi recula, balayant l'air devant lui d'un coup d'épée imprécis qui détourna l'immense lame noire dans un choc métallique douloureux. Les adversaires sentaient leurs vies les quitter doucement, inexorablement.

Solyma tenta de psalmodier sa magie une fois de plus, mais s'arrêta net lorsque le titan réagit avec un large coup de son immense lame pour faucher ses jambes. Un réflexe le propulsa au dessus du sol, et il posa un pied sur le plat de la lame pour décocher un coup de talon incisive et brutal dans la joue dénudé d’Asenheim. Il recula, déséquilibre; retomba au sol avec un sourire fatigué. Le mage releva des yeux noirs tinté d’écarlate. Son bras droit se sectionna presque, il avait forcé dessus…

Il invoqua a nouveau la magie, et ses tendons se remirent en place dans un ultime effort, il n’avait sûrement pas récupéré l’entière mobilité de son bras, mais il pouvait tout de même saisir, et bouger durant un certain temps avant que la magie ne s’estompe, et que sa douleur ne revienne. Solyma hurla, un long cris perçant, il se mit à courir vers le centre du terrain, attrapant sa dague laissé au début du combat, il brandit ses deux lames face à son adversaires. Il ne lui restait plus beaucoup de temps, il le sentait. Sa dernière chance, il décida de la canaliser dans son ambidextrie parfaite.

Zuragh’Nar était lourde d’une main, mais l’habitude revint vite au dessus de la fatigue, juste de l’éphémère… Les deux combattants se fixèrent longuement, puis Solyma dans un ultime effort se propulsa dans les airs usant de ses dernières gouttes de magie pour diminuer son poids et s’envoler plus haut. Au bout de quelques secondes, il sentit qu’il commençait à retomber, son adversaire se préparait à une parade, il bloqua sa lame Zuragh’Nar sur cette défense, pensant donner un coup mortel avec sa dague dont Asenheim ne pouvait se douter …

_________________

Administrateur du forum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://plume-imaginaire.niceboards.net
Maxlecreateur
Plume Débutante
Plume Débutante


Masculin
Nombre de messages : 56
Localisation : Dans le Var
Date d'inscription : 03/01/2008

MessageSujet: Re: Solyma vs Asenheim   Ven 7 Mar - 23:50


Dans les tribunes, assis, deux hommes dans un rictus difficilement déguisé observaient la scène avec intérêt certain. L’un paraissait avoir la trentaine, brun, les yeux bleus, un petit bouc, son voisin et camarade l’apostrophait.
« Asenheim s’est beaucoup affaiblit n’est-ce pas Maximilien ?
_ Hélas oui, il fut un temps où il aurait pu déplacer des montagnes…
_ Peut être même le monde. »
Les deux personnages rirent sans ce cacher à ce sous entendu.



L’autre personnage avait les sourcils long et épais mais blancs comme la neige. Des yeux enfoncés dans ses orbites comme cachés dans l’ombre d’un trou. Un visage ridé mais vigoureux, un regard dur mais impassible. Le deuxième personnage, cheveux long et comme ses sourcils, blancs paraissait plus âgé que son ami. Tout deux vêtus d’une longue robe blanche neigeuse, une capuche mise sur le dos en suspend, ils observait désormais avait beaucoup plus d’attention, Asenheim venait d’avancer vers son adversaire. « Tu ne peux rien contre moi ! » criait à tue-tête Asenheim essoufflé. Comme s’appelait son adversaire, Solyma, tenait désormais son arme et chargea. Un échange fut donné, Asenheim para, mais Solyma lui envoya avec difficulté visible un coup d’une dague oublié du début de ce duel dans les côtes. « Être aussi lent est-il concevable Aliaenor ? Pour des guerriers aguerris tel que ceux là ?
_ S’ils sont épuisés oui Maximilien, soit donc moins intolérant.
_ Possible… »




Asenheim se retrouva sur le sol, Solyma épuisé recula, puis dans un effort considérable lança un coup de pieds dans la face de son adversaire. Un râle s’échappa de la cible touchée avec précision. Il se retrouva sur le dos, tel une tortue, incapable d’agir. Solyma prit la garde de son épée à l’envers et s’approcha de son ennemi avec l’intention de l’achever, d’en finir, presque surprit d’avoir réussi. C’était une erreur qui fit rire les deux amis assis sur les gradins de pierre calcaire. Il abaissa sa lame acérée pour détruire sa cible. Il ne s’était pas rendu compte du courir d’Asenheim. La pointe ne percuta que le sol sableux de l’arène, dans un nuage de poix noirâtre. Un bruit sec mais léger retentit dans son dos, Asenheim debout souriait toujours, mais son flanc droit saignait trop pour être négligeable, ce n’était plus qu’une question de temps pour celui-ci. Solyma surprit, hébété par cette ce retournement de situation en se retournant faillit trébucher ce qui le fit reculer. Il leva sa garde dans l’intention de produire une position défensive, Asenheim n’attendit pas et alla au devant, de sa main droite, il saisit la lame, entraîner un long filet de sang, écouler du bout de la lame vers le sol. De son autre main, il saisit la gorge de son adversaire, dans une rage visible et même effrayante.




Le manque de respiration, la fatigue, la peur de mourir ainsi, tout était contre Solyma, impuissant. Il lâcha son arme devant la poigne à tout épreuve de son ennemi. Il essaya de ses deux mains d’empêcher le Nécateur d’en finir ainsi. Un coup de pieds bien placé faillit de peu de réussir de le sauver. Malgré que, ses chances diminuaient sensiblement, il résistait à tout prix car il sentait son adversaire faiblir. Un autre coup de pied fut lancé. Le même résulta fut produit. Mais tout n’était peut être pas perdu… Il réfléchit, les deux spectateurs sentirent simultanément ce qui se tramait.



Asenheim, loin d’être stupide le sentit aussi, la puissance utilisée dépassait l’entendement.




Alors c’est cela un élu des Grands ?
C’est cela un homme dont le potentiel s’il est réellement exploité peut atteindre celui des Grands ?
Je ne suis qu’un insecte à coté…
Cependant un des plus venimeux ! Je ne me laisserais pas faire si facilement ! Gars à toi !




Les deux mains de Solyma se rejoignirent sous le bras d’Asenheim qui tenait fermement sa gorge. Un cercle parfait se formait entre les deux mains expertes. Et à l’intérieur de ce cercle, une petite sphère ronde de la taille d’un ongle se forma, d’un noir impossible à imaginer, d’une telle intensité. Le plus ironique dans tout cela était que, seulement trois personnes dans toute l’arène savaient ce que cela représentait. Asenheim, qui en avait seulement entendu parlé et les deux amis assis dans les gradins, sur les hauteurs. Solyma avait une petite idée de ce que représentait ce qu’il avait crée, mais en rien, sur sa puissance réelle. Il releva, toujours avec difficulté, ses deux mains La sphère entra en contact avec le bras d’Asenheim qui éclata à ce moment tel un verre brisé sur le sol en mille et un morceaux. Le sang jaillit sur le visage et le corps des deux personnages. La sphère disparue. Solyma épuisé chuta à la renverse. Asenheim, lui, avec un seul bras essaya de rester debout. Il était presque arrivé…


Il avança un pied, pouvant voir sa victoire approcher, il reprit courage. Un dernier coup pourrait…. Il sortit en se baissant sa dague cachée sur l’arrière de la bottine droite. Une fine lame. Rien qu’un coup, un simple… coup… Il respirait avec difficulté, le sang s’était infiltré dans son système respiratoire tel un poison.



Solyma sur le sol était épuisé et une douleur dans ses mains, ses avants bras avait fait son apparition. Il ne savait pas exactement quel sortilège il avait produit, mais il savait que cette avait été à double tranchant et qu’un coté coupant avec été utilisé sur les deux combattants.




Un dernier pas…



Asenheim tomba à coté de sa cible, ils formaient mise à part la marre de sang, presque une image faisant rappeler deux frères dormant dans le même lit, les mêmes draps rouges. La foule n’eut pas le temps de réagir. Les deux amis sur les gradins s’étaient levés et l’un avec l’index et le pouce de la main droite formait un cercle parfait. Un cercle, tel une roue, la roue du temps, fermé, bouclé, coincé. Le temps était figé pour les autres spectateurs. « Allons à la rencontres de nos deux camarades.
_ Volontiers Aliaenor, je te suis. »




Un bruit retentit, un éco interminable mais sourd fut produit de part le blocage du temps. Ils s’étaient transportés prés des deux frères de sang. « Dors bien Asenheim, tu as mérité ta mort… ; ta liberté, tu peux donc t’envoler.
_ Et toi Solyma, commença Maximilien en l’observant déçu, repose en paix, tu as vaincu ce qu’un mortel n’est sensé imaginé qu’a l’échelle du divin, tu as tué un Nécateur, u Nécateur d’origine des Titans pour être précis, de plus tu as utilisé le chaos, ou la magie si tu préfère en forme brut, ce qu’un mortel ne peux même imaginer rêver de créer, mes félicitions…
_ Partons Maximilien, nous n’avons plus à faire ici. »




Les deux amis partirent laissant les deux adversaires baigner dans leur propre sang. Aliaenor, allias Istaris, lâcha trois derniers mots. « Vous êtes nés dans votre sang et mort dans votre sang, la plus belle mort qu’il existe, adieux. »



C’était la fin, Asenheim mourrait, Solyma attendait de mourir patiemment, presque un sourire aux lèvres, il avait tout de même réussi son objectif. Ce qui aurait pu lui enlever son sourire, il ne le remarqua pas, mais Maximilien ramassa le parchemin testament de celui-ci avant de disparaître pour toujours de ces lieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mandrake
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 29/02/2008

MessageSujet: Re: Solyma vs Asenheim   Sam 8 Mar - 13:20

Le gong retentit dans toute l'Arène, annonçant la fin des hostilités.
Le Maître du Coliseum n'était pas là, son assistante non plus, elle avait disparu peu avant la fin u tournois. D'un pas lent et posé, Mandrake s'avança vers les deux combattants.

Lenina étant actuellement indisponible, que le jury vienne délibérer avec moi et m'envoie vos avis et vos note. Je vous les divulguerai tantôt.

Rappellez vous qu'a partir d'aujourd'hui, vous avez une semaine pour m'envoyer vos messages.
Les résultats seraont indiqués le Dimanche 16 Mars.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mandrake
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 29/02/2008

MessageSujet: Re: Solyma vs Asenheim   Lun 17 Mar - 0:00

Un silence religieux dans l'arène s'en ressentait, un silence de respect envers les deux duellistes. Nul gong ne retentissait, le combat était déjà terminé...
L'assistant du maître du Colisé, se leva lentement des tribunes, fixant pendant un temps qui semblait une éternité le sang répandu sur le sable de l'Arène, puis finalement descendit et s'avança vers les deux combattants à terre, suivi des deux autres juges du Tournoi.
D'une voix ferme et puissante, il s'adressa enfin aux spectateurs dubitatifs devant cette scène, brandissant un parchemin roulé, marqué du sceau du Coliseum.

J'ai en mes mains, gravé sur ce parchemin, le nom du vainqueur de ce tournoi. Mais auparavant, je souhaite rendre un hommage à ces deux valeureux guerriers. Ils se sont battus avec force et détermination, tout en faisant preuve d'un grand respect envers leur adversaire. Il ont continué à combattre alors même que leur vie menaçait de les abandonner. Pour cela, je les salue, avec tout le respect qu'ils méritent.

Il s'agenouilla humblement devant eux, avant de se relever doucement en s'appuyant sur son bâton, et d'ouvrir avec précaution le précieux manuscrit.

A présent voici les moyennes attribuées par critère et la moyenne générale pour chaque combattant:


Solyma

1) Présentation, respect du français ==> 9.7/10
2) Style, originalité ==> 7/10
3) Respect de l'adversaire ==> 8.5/10
4) Appréciation personnelle ==> 8.2/10


MOYENNE GENERALE ==> 8.3/10

Maxlecreateur

1) Présentation, respect du français ==> 7/10
2) Style, originalité ==> 8.7/10
3) Respect de l'adversaire ==> 7.8/10
4) Appréciation personnelle ==> 7/10


MOYENNE GENERALE ==> 7.6/10

Puis il sortit de sa tunique une couronne de lauriers tressée avec le plus grand soin, ainsi qu'un collier en or massif orné d'un pendentif représentant un poing dressé. Il s'avança vers Solyma, posa sur son buste sanglant les précieux objets.

Le vainqueur de ce combat est donc : Solyma
Il se releva enfin, jetant un dernier regard respectueux envers les deux combattants, puis releva la tête et reprit la parole, rejoignant les autres juges, tout en faisant un geste vers les guérisseurs et les embaumeurs afin qu'ils interviennent.

Que rajouter de plus... si ce n'est le combat le plus indécis et le plus intense qui m'ait été donné de contempler. Non, ce n'était pas un vulgaire affrontement entre deux barbares qui ne connaissait que l'usage de la force. Non... bien au contraire! Ici, tactique et stratégie était de mise, les coups étaient portés avec précision, les esquives réfléchies... sans compter le courage et la volonté dans le regard de ces deux combattants. Encore une fois, merci...

L'assistant du Maître du Coliseum se retire sur ces mots pour laisser place aux autres membres du jury ainsi qu'a tout les membres de l'arêne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Solyma vs Asenheim   

Revenir en haut Aller en bas
 
Solyma vs Asenheim
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ecriture & RPG & Vous :: RPG :: L'arêne des Combats-
Sauter vers: